vendredi 26 février 2021

Best Song Ever (épisode 105) : House of Jealous Lovers par The Rapture


Autre hymne du début du siècle produit par the DFA, le merveilleux hit de The Rapture : House of Jealous Lovers ! Après Radio 4 et les premiers singles emblématiques du groupe de James Murphy (le fabuleux Losing my Edge de LCD Soundsystem notamment), le duo hype du moment, alias DFA, va apporter sa touche electro-clash au groupe new-yorkais.

Après avoir affolé la toile et les réseaux peer to peer naissants (Kasa ou e-mule en tete), The Rapture compose la chanson imparable de rock sutvitaminé, qui dans les mains de James Murphy et Tim Goldsworthy va devenir un ovni dancefloor imparable.

Dès l'intro, le ton est donné : basse hyper groovy, simple et à la limite de l'infra basse, cowbell typique de la James Murphy touch et cette guitare post punk so late 70's. La voix éraillée et sans retenue de Luke Jenner apporte une émotion folle et vibrante. Sorte d'Elvis en train de se faire égorger...

Le dancefloor nous appelle : impossible de ne pas sautiller et de se dandiner, en hésitant entre un pogo et une danse chaloupée et disco! 

Malheureusement, le reste de la discographie du groupe, bien qu'intéressante, ne répondra pas aux promesses de ce single presque parfait! L'intention dancefloor punk rock ne sera qu'imparfaitement reproduite...



vendredi 19 février 2021

Best Song Ever (épisode 104) : Me and Giuliani down by the school yard (a true story) by !!!


Après Radio 4, un autre brûlot anti-restrictions avec cet ovni lancé par les trublions de !!!. Un nom de groupe improbable prononcé chk chk chk. L'une des premières signatures Cross-Over du mythique label electro IDM de Sheffiield, Warp Records, en 2004 (suivront notamment Maximo Park, Gravenhurst ou encore Grizzly Bear) qui doivent diversifier le label et essayer d'être à la hauteur des cultes Boards of Canada, Autechre, Aphex Twin, LFO... 

Mission bien évidemment impossible mais les !!! apporteront un vrai vent de fraicheur et surtout de folie avec leur mélange  survitaminé de rock, electro minimaliste et funk. Et quelle énorme baffe en live, rappelant les délires des Happy Mondays de la grande époque : Jubilatoire!

Sur ce titre, extrait de leur 1er album chez Warp, Louden up now (tout un programme...), le gang originaire de Sacramento s'en prend ouvertement au maire de New-York qui a banni la danse des bars de la pomme, en lui conseillant de se laisser aller et de se perdre dans la musique et la laisser prendre contrôle de son corps...

Encore une fois, que ce titre est d'actualité. En ces temps de disette sociale et de contacts humains limités, le fait de se perdre dans la musique, live notamment ou sur les dancefloors nous manque cruellement. On voit là tout le besoin vital que le fait de danser et de se laisser aller au son de la musique représente. c'est tribal, instinctif, nécessaire! On peut encore le faire dans son salon, heureusement, mais sans la magie de l'interprétation live ou les basses d'un soundsystem dans la gueule, et avec les réprimandes des voisins...

Une chanson labyrinthique, dans laquelle le groupe semble vouloir nous perdre, pour mieux nous désorienter et nous faire lacher prise... Crescendos, effets sonores, changements de rythme, pont puissant et cathartique, tout est fait pour nous emporter, nous mettre en transe et susciter en nous une envie de recommencer!

Brillance en clair obscur, celui du levée du soleil sur une piste de danse...



dimanche 7 février 2021

Best Song Ever (épisode 103) : Dance to the Underground par Radio 4


Au début du nouveau millénaire, le maire de New-York, Rudolph Giuliani, devenu par la suite conseiller de Trump, avait décidé de "nettoyer" la ville. En interdisant de danser dans les bars en réactivant une loi oubliée du temps de la prohibition et non abrogée, Giuliani avait failli tuer la vie sociale au coeur meme des lieux d'effervescence et de convivialité que sont les bars... Quelle ironie du sort de penser qu'il y a des similitudes avec ce monde covidé que nous connaissons avec la fermeture des bars, des restos, des lieux de culture depuis plus de 3 mois maintenant...

Avec Dance to the Underground, Radio 4 sonnait la révolte, ou tout du moins la résistance à l'oppression avec une formule en forme de pied de nez : puisqu'on n'a plus le droit de danser dans les bars, on va danser jusqu'au métro!!! 

Sorti en 2002 ce single dévastateur annonçait une second album, "Gotham", rempli de dance punk furibard et enthousiasmant. Produit par la team DFA, James Murphy et Tim Goldworthy, mélangent allègrement les compos punk sous influence Clash  de Radio 4 et les dernières poussées electro en vigueur à l'époque pour créer cet electro clash que DFA va aider à répandre sur la planète avec les disques de The Rapture ou LCD Soundsystem.

L'intro avec cette basse dansante fait mouche, les synthés vintage en harmonie et puis cette guitare post punk acérée et percutante! Ca part fort! Le chant nonchalant et tendu apporte la touche organique vitale! On se prend au jeu et on ne peut résister à ce désir de danser comme un dératé, en marchant bien sur, direction le tromé pour entamer la nuit et s'y bruler les ailes jusqu'à plus soif!

A lire également les années 2000 : la décennie du cross-over.



jeudi 28 janvier 2021

Best Song Ever (épisode 102) : The Valley of Death par The Warlocks


The Warlocks, voilà un groupe de vrais passionnés, investis d'une mission divine,: évangéliser les foules, parsemées, au rock psychédélique tendance drone le plus cramé et le plus sombre possible... 

En choisissant le tout premier nom du groupe qui allait se faire finalement appelé le Velvet Underground, Bobby Hecksher, fondateur et seul membre permanent du combo, avait tout de suite posé le décor. The Warlocks ne seraient écoutés que par une poignée de personnes dévouées et à jamais ensorcelées...

Ancien membre du Brian Jonestown Massacre, Hecksher aura la meme démarche qu'Anton Newcombe en consacrant sa vie à sa musique sans trop rechercher une véritable consécration commerciale. Après un troisième album, Surgery, rempli de pop songs spatiales et réveuses (Just like Surgery, Come Save Us) qui aura permis au groupe de parcourir la planète pour le défendre, The Warlocks sortent en 2007 Heavy Deavy Skull Lover :  tout un programme...

La chanson introductive, The Valley of Death, pose les bases... les mélodies rêveuses sont enterrées vivantes. L'ambiance est inquiétante, chaude, infernale... On est emporté dans un voyage dans la chaleur du désert. On suffoque, on succombe... Et on est heureux de le faire. 

Envoutés, portés, on se laisse aller. Une sorte de fascination exaltante nous emporte... La chaleur de la distorsion nous enveloppe et nous rassure. Comme dans un cocon, on se blottit à l'intérieur de cette musique élégiaque dont une beauté indicible émane... Prodigieux!



dimanche 24 janvier 2021

Best Song Ever (épisode 101) : Superstition par The Kills

Le retour à l'état brut, à la source originelle primaire, à l'état d'urgence salutaire, qui de mieux que les Kills, après les White Stripes pour l'incarner? Là ou les faux frères et soeurs de Detroit puisaient dans le linceul du blues et du garage, le duo anglo-américain laisse exprimer cette pureté ancestrale à travers leur relation électrifiée, hautement sensuelle, voire sexuelle.

Duo à la vie à la mort, brulant d'une passion commune toute récente, The Kills incarnent cette force sexuelle et dérangeante que le Rock a véhiculé dès ses débuts grâce aux Elvis, Litttle Richard, Jerry Lee Lewis and consorts. Sur scène, dès leur premier concert en France à la Boule Noire début 2003, cette force évocatrice, sulfureuse et fascinante était là.

Minimaliste et dépouillée, la musique de The Kills vous harponne d'entrée de jeu. En guise d'introduction à leur premier LP, Superstition dit tout de leur quête. Une boite à rythme (qu'ils appellent Little Bastard, le 3ieme membre du groupe) famélique en guise d'intro, des accords de quinte balancés en syncopes, avec un son énorme et ultra crade, une voix féminine envoutante, claire, chaleureuse et tellement évocatrice! 

Ambiance inquiétante, son rèche, la moiteur des salles obscures et enfumées est là. La tension sexuelle s'aiguise et tend autant les corps que les esprits... L'essence meme du Rock ! Jouissif!

A écouter en vinyle bien sûr!!!




mercredi 20 janvier 2021

Best Song Ever (épisode 100) : You get what you give par The New Radicals

Pile poile dans l'actualité avec la cérémonie d'investiture de Joe Biden pour laquelle vont se reformer les New Radicals à la demande de l'entourage du nouveau Président des Etats-Unis. Improbable et incongrue cette reformation qui nous rappelle à tous cette chanson oubliée datant de la toute fin du siècle dernier.

Avec "You get what you give", les One hit wonder californiens ont fait danser la planète en 1999. Chanson euphorisante et jubilatoire, You get file une pêche d'enfer et donne envie de tout casser, dans la joie et la bonne humeur. Le message est simple et universel "don't let give up, you've got a reason to live".

Très bien ficelée, cette song au piano d'obédience acid-house, mélangeant ambiance baggy, déjà rétro à l'époque (on est en pleine age d'or de l'electro sauce techno/house) et assauts de guitares grinçantes, possède une mélodie vocale imparable qui donne presque des frissons sur ses envolées en voix de tête.

"You got the music in you, don't let go". Ces mots ont résonné dans la famille Biden en devenant une sorte d'hymne durant la lutte du fils de Joe Biden contre le cancer. Et c'est tout un symbole que de demander au groupe ayant produit un unique album de se reformer, 22 ans après, pour re-chanter cette chanson, une fois encore, le jour où l'Amérique veut tourner la page de 4 années difficiles et offensantes sous la présidence Trump.

Un vrai message d'espoir et de résilience que seule la musique peut incarner dans toute sa force évocatrice!



samedi 16 janvier 2021

Best Song Ever (épisode 99) : Goodbye par The Coral

 


Dans la mouvance retour du Rock au début du siècle, les 5 musiciens de The Coral, originaires de la Merseyside, sont probablement les plus sous estimés de ces 20 dernières années. Leur premier album éponyme, sorti en 2002 sur Deltasonic, est unique, fou et transmet une énergie joyeuse et communicative incroyable!

Le second single extrait de ce debut LP, Goodbye, est totalement représentatif du style et des aspirations du quintette anglais à l'orée de leur carrière. Goodbye commence presque power pop avec un riff enthousiasmant, avant que le couplet ne montre le talent pop du groupe avec mélodie vocale impeccable et arpèges de guitares combinés de toute beauté (smithienne...). Le refrain, avec ses harmonies vocales de pub à la Beach Boys fait mouche...

Et que dire de ce pont surprenant et lunaire! Toute la folie du groupe est là, d'abord tapissée dans l'ombre elle surgit par surprise pour faire vibrer nos âmes. Ca part en une sorte de mouvement Ska Metal finissant presque psyché floydien avant une apaisement relatif en apesanteur et ce décompte à la "A Day in the Life" des Beatles... On touche la perfection!

Certains pisse-dru prétendront que le diamant est brut et mérite polissage. Que nenni, ce grain de folie présent sur l'ensemble de ce 1er album magnifique lui donne sa saveur si particulière. Comme bon nombre de groupes, malheureusement, The Coral perdra progressivement ce coté imprévisible en devenant... plus professionnel... L'urgence, tellement essentielle (pour reprendre un mot à la mode) de ces premiers albums fait avec ses tripes et sans pression, beaucoup de groupes de l'époque la perdront dès l'album suivant, la retrouvant par intermittence dans le meilleur des cas (The Strokes, Interpol, The Libertines, The Vines, The Kills...).

A lire également : Années 2000 : le Retour du Rock



samedi 9 janvier 2021

Best Song Ever (épisode 98) : Little Room par The White Stripes


Avec les Strokes, les White Stripes ont été les autres grands artisans du retour du Rock en 2001! Meg et Jack White, fausse fratrie (les 2 acolytes ayant en fait été mariés dans les années 90) ont réactivé l'idée d'un rock originel brut de fonderie, sans artifice et avant tout physique.

Et avec ce Little Room, extrait de leur 3ième opus, White Blood Cells, le duo présente l'essence même de leur musique. Une batterie jouée uniquement au pied sur la grosse caisse et le charleston et uniquement la voix de Jack White. Pas de guitare, pas de chichis, rien de plus qu'une batterie réduit à sa plus basique expression et une voix, rauque, remplie d'émotion mais tout de même mélodique.

Le concept White Stripes résumé en 50 secondes : revenir à l'essentiel, enlever le plus de choses possibles pour se rapprocher du coeur du réacteur, pour toucher à la force pure, directe, à une intention primaire la plus authentique! Revenir à la source du Rock et du Blues en fait! Aller chercher au plus profond de soi cette énergie vitale et la communiquer de la manière la plus directe possible. C'est exactement ce que l'on chercher à faire avec Amain Armé et que l'on a tenté d'enregistrer avec le maitre du son Steve Albini...

Dans la foulée du duo, suivront bon nombre de groupes tentant d'exprimer cette énergie rock primaire et originelle : The Kills, The Black Keys... etc...

Les paroles de Little Room parlent de ce qui attend tout groupe qui commence à avoir du succès et qui se voit passer de son petit local de repet aux salles des bars, puis des clubs et de salles plus grandes. La perdition est proche et le souvenir du l'intention originelle est le seul aiguillon à conserver pour éviter le naufrage... Les affres du Music Biz en soi...



mardi 5 janvier 2021

Best Song Ever (épisode 97) : Up the Bracket par the Libertines


On continue avec l'année 2002, celle de la confirmation du retour du Rock après l'uppercut du 1er album des Strokes et du 3ième LP des White Stripes! La perfide Albion se devait de répliquer à la percée US et ce sont 2 gamins de Londres, Pete Doherty et Carl Barat, qui vont balancer la réplique.

Dandys destroy, nonchalants, arrogants juste comme il faut, la pépite Libertines est vite repérée par le légendaire Alan McGee, le boss de feu Creation, label vénéré plus que tous en ces lignes, qui hébergea tous les groupes indispensables anglais de 85 à 2000 (Jesus and Mary Chain, My Bloody Valentine, Ride, Primal Scream, Slowdive, Oasis... etc) qui devient le manager du groupe. Et qui de mieux pour produire ce 1er album que l'ancien Clash Mick Jones! Les planètes s'alignent...

La chanson éponyme de ce 1er LP démarre par un cris de chat égorgé qui surprend et qui met tout de suite les choses aux points, les Libertines ne sont pas là pour brosser dans le sens du poil. Le déferlement de guitares punk qui s'en suit vous fait vriller le sang d'un coup et vous donne envie de pogoter sur l'instant. La mélodie vocale, signée Doherty, vient prouver que les 4 lads savent aussi habiller leur brulots de mélodies addictives. 

Les paroles semblent raconter l'histoire du groupe entre insouciance, danger, fuck'em et préciosité punk... Un tour de force incendiaire qui, presque 20 ans après, n'a pas perdu de son énergie communicative et emballante! Le monde est aux courageux!




samedi 2 janvier 2021

Best Song Ever (épisode 96) : Obstacle 1 par Interpol


En sortant en 2002, "Turn on the bright lights", les new-yorkais d'Interpol contribuèrent, avec les Strokes, à remettre le rock et NYC au 1er plan. Si les Strokes ressuscitaient l'esprit du CBGB (Ramones, Patti Smith, Blondie), Interpol puisait plutôt son inspiration de l'autre coté de l'Atlantique du coté de la perfide albion, post punk et cold wave bille en tête mais en insufflant cet esprit rebel, sombre et dangereux du New-York des années 80.

Obstacle 1, tout un symbole en ce mois de janvier 2021... Obstacle numéro 1 franchit, what's next... Cette chanson résume parfaitement l'esprit de ce 1er disque et des fondations du collectif. Ca débute en douceur avec une guitare rythmique hypnotique et réverbérée, véritable rampe de lancement pour un riff de guitare addictif, une basse ronde et groovy et une batterie métronomique. Puis vient la voix de Paul Banks, rauque, d'abord enjôleuse puis très vite menaçante... "She can read, she's bad"... Cette histoire d'amour impossible, il 'exprime avec sincérité, tendresse, détresse et rage. Tout en tension et en retournement d'ambiances (alternances mid temp/:up tempo), la partition musicale des 4 compères est au diapason. On est pris à la gorge, pris aux trippes, on n'est embarqué dans une folle course en taxi jaune dont on ne sait si on s'en sortira vivant...

Je me souviens d'un concert grandiose à l'Elysee Montmartre en mars 2003, où tout l'intensité de ce disque était admirablement communiquée sur scène. Vivifiant, salvateur et tellement beau... Malheureusement, le groupe ne retrouvera ensuite jamais l'intensité de leurs débuts...

Ce 1er album du quatuor est leur chef d'oeuvre. Comment survivre à telle prouesse initiatique? Le groupe ne s'en remettra jamais, si ce n'est par inadvertance avec leur 3ieme LP sortit en 2007, "Our Love to Admire" qui s'approchera des sommets de "Turn on the bright lights". Le reste de leur discographie ne sera que veine tentative de retrouver la flamme initiale...